Weimar : la République impuissante

1918. L’Allemagne a perdu la guerre. Le Kaiser Guillaume II abdique. C’est dans un climat d’extrême confusion que va naître la République de Weimar. Sa fragilité intrinsèque facilitera l’arrivée de Hitler au pouvoir, en 1933.

Depuis l’entrée en guerre des Américains en 1917, la victoire ne fait plus de doute pour les Alliés. Au commandement allemand, Ludendorff lui-même envisage la défaite. À qui donc confier les honteuses négociations de paix ? Max de Bade est un prince libéral, il s’est opposé en 1917 à la guerre sous-marine à outrance. Le président américain Woodrow Wilson est disposé à l’écouter, même s’il fait de l’abdication du Kaiser Guillaume un préalable à tout accord. Le 28 octobre 1918, la monarchie allemande devient parlementaire. Nommé chancelier du Reich, Max de Bade compose un gouvernement de coalition comprenant pour la première fois des sociaux-démocrates. Parmi eux se trouve Friedrich Ebert, aubergiste et militant de son état. Mais le gouvernement est rapidement dépassé par les événements de la rue : encouragée par les succès des bolcheviques en Russie, l’extrême gauche s’imagine déjà au pouvoir. Des conseils d’ouvriers et de soldats s’organisent partout. La situation est insurrectionnelle. À Munich, le roi Louis III de Bavière est renversé le 7 novembre 1918. À Kiel, les marins se mutinent. Max de Bade et Friedrich Ebert conseillent à Guillaume II d’abdiquer. [...]

Valeurs actuelles

Commentaires (2)

Laisser un commentaire