Comment Christophe Colomb a inventé la mondialisation

En 1492, Christophe Colomb n’a pas seulement découvert l’Amérique : il a aussi ouvert le premier volet, biologique, de la mondialisation. Entretien avec Charles C. Mann.

Colomb
Christophe Colomb arrive en Amérique, L. Prang & Co., 1893.

Le Nouvel Observateur : Dans votre livre «1493», vous démontrez que Christophe Colomb n’a pas seulement découvert l’Amérique et le Nouveau Monde en 1492, mais qu’en raison d’un enchaînement d’échanges et d’événements aussi complexes qu’imprévisibles il a de fait créé un autre monde. 1493 est-il pour vous l’an 1 de la mondialisation, ainsi que l’année de la plus grande révolution humaine, économique et écologique qu’ait connue notre planète ?

Charles C. Mann : L’année 1493 n’a pas été le déclencheur de la plus grande révolution qu’ait connue notre planète, mais elle a été un moment très important. Il y a deux cents millions d’années, notre Terre était composée d’une unique masse continentale terrestre connue sous le nom de Pangée. Sous l’effet des forces géologiques, ce supercontinent a éclaté et sa séparation a donné naissance aux cinq continents que nous connaissons actuellement.

Pendant des dizaines de millions d’années, il n’y a eu aucune communication entre les hémisphères Est et Ouest où se sont développées des flores et des faunes complètement différentes. D’un point de vue biologique, l’expédition de Colomb a remis les continents en contact.

Dans les faits, Colomb a recréé la Pangée avec pour résultat une explosion écologique qui a vu l’arrivée en Amérique d’une quantité énorme de créatures venues d’Europe, d’Asie et d’Afrique tandis qu’un nombre tout aussi important de créatures américaines ont migré vers l’Europe, l’Asie et l’Afrique.

Cet « échange colombien », pour reprendre la formule de ce formidable historien qu’est Alfred W. Crosby, a constitué le plus grand bouleversement dans l’histoire de la vie terrestre depuis l’extinction des dinosaures. [...]

Le Nouvel Obs’

Commentaires (6)

Laisser un commentaire