La République espagnole : un échec sanglant et instructif

En 1930, l’Espagne monarchique passe d’une monarchie qui n’en finit pas de mourir à une république démocratique et ce sans la moindre effusion de sang. En 1930, le dictateur Miguel Primo de Rivera est contraint à la démission par le roi Alphonse XIII qui, ne parvenant à rétablir la situation, se déclare peu après en vacance de règne et part prudemment pour l’étranger. La République s’impose d’elle même, elle est proclamée le 14 avril 1931.

« Ils nous ont fait cadeau du pouvoir » dira Miguel Maura, un ministre républicain modéré. Or, en Espagne, tout était différent de ce qui s’était passé ou se passait ailleurs en Europe. Ni le communisme ni le fascisme n’y avaient trouvé de nombreux adeptes. C’est pourtant sur son sol et au détriment de son peuple que les dictateurs de l’Europe enverront hommes et matériel pour une répétition générale du conflit à venir, et que les idéalistes accourus bénévolement du monde entier pour défendre la liberté et la démocratie la cautionneront à leur insu. [...]

Les billets de la florentine

(Merci à monalisa)

Commentaires (3)

Laisser un commentaire